FrançaisEnglish
Une question ? 06 79 96 55 97
0
Recherche par critères
Période
Système
Rechercher
» » » ÉPÉE DES MÉDECINS PRINCIPAUX ET MÉDECINS MAJORS Mle 1872.

ÉPÉE DES MÉDECINS PRINCIPAUX ET MÉDECINS MAJORS Mle 1872.

Reference - 2180418D

En service sous la IIIe République.

Expédition sous 2 jours
300.00 €

Ajouter au panier

Demander un devis

Description

La monture en bronze est du modèle 1817 à ciselures.

Le pommeau tronconique est décoré de bâtons de foudres.

La branche de garde est ornée de deux bâtons de foudres encadrant une tête de fleur située sur la partie centrale.

Le clavier est orné d’un décor représentant un caducée formé d'un bâton d’Esculape surmonté du miroir de la Prudence, entouré d’une couronne de laurier-chêne sur fond de six drapeaux croisés.

Le contre-clavier repliable s'est bloqué avec le temps en position rabattue.

Bonne fusée en corne noire cannelée, sans le filigrane.

La lame droite de 82 cm est dans son nickelage avec quelques petites taches localisées.

Elle est comporte un long talon puis une section losangique qui se prolonge par deux gouttières parallèles et se termine en pointe losangique. Pas de marquage particulier.

Fourreau en tôle d’acier à un anneau sur bracelet, dans son nikelage un peu terni comportant de petites taches et écailles par endroit.

En service sous la IIIe République.


Référence : 2180418D
Longueur : 1205mm
Modèle d’épée destiné aux médecins et aux pharmaciens du Service de Santé après la guerre de 1870. Le bâton d’Esculape est un attribut du dieu grec Asclépios. Il se présente comme un bâton le long duquel s’enroule une couleuvre d’Esculape. Selon la mythologie, ce bâton avec le pouvoir de guérir de nombreuse maladies. En France, le symbole des médecins est le bâton d'Esculape surmonté du miroir de la Prudence.

 

Retour en haut
Ce site utilise des cookies destinés à optimiser votre expérience sur ce site et à vous proposer des offres correspondant à vos centres d’intérêt. En naviguant sur ce site, vous consentez à l’utilisation de ces cookies.
J’ai compris