FrançaisEnglish
Any question ? 06 79 96 55 97
0
Multicriteria Search
Age
Système
Search
» » » SABRE D'OFFICIER DE CAVALERIE LEGERE MODELE 1822 ESCOFFIER.

SABRE D'OFFICIER DE CAVALERIE LEGERE MODELE 1822 ESCOFFIER.

Reference - 5221019D

Intéressant exemplaire fait pour Félix Escoffier.

Dispatched within 2 days
540.00 €

Add to cart

Ask an estimate

description

Bonne monture en bronze avec calotte à longue queue ornée de feuilles de laurier. 

Garde avec une branche principale et deux secondaires à décor floral aux extrémités sur les deux faces. 

Quillon orné d'une palmette. 

Bonne fusée en corne cannelée avec son filigrane cuivre. 

La lame courbe de 91,5 cm polie est en bel état.

Elle comporte un pan creux et une gouttière supérieure. 

Le dos est marqué F. Escoffier Entrepreneur de la Manufacture d’Armes de St-Etienne. 

Le départ comporte deux poinçons, un ovale avec un B surmonté d’une étoile et un en forme d’écu avec un B.

Le fourreau en tôle d'acier est dans un joli poli, il comporte un anneau sur bracelet, petite trace de choc dans le bas de la face intérieure. 

Intéressant exemplaire fait pour Félix Escoffier, entrepreneur de la Manufacture de Saint-Etienne sous le Second Empire et le début de la IIIe République.

 

Référence : 5221019D

Longueur : 1075mm

Marquage : F.Escoffier Enteur de la Manufacture d’Armes de St-Etienne

Les entrepreneurs étaient des personnes auxquelles l'État concédait l'exploitation d'une manufacture d'armes. Félix Escoffier fut l'entrepreneur de la manufacture d'armes de Saint-Étienne de 1852 à 1873. Il avait la charge de coordonner la production d'éléments d'armes pour la manufacture chez les armuriers civils de la région de St Etienne ainsi que la production de certaines autres pièces au sein même de la manufacture et d'en faire réaliser l'assemblage final en manufacture des armes destinées à l'armée.Les armes finies où certaines de leurs pièces étaient ensuite soumises à des contrôles rigoureux par des contrôleurs militaires attachés aux manufactures. En marge de la production réservée à l'État, les entrepreneurs pouvaient faire fabriquer un petit nombre d'armes du type réglementaire ou proche de ce dernier, sous leur nom propre, pour les vendre dans le domaine civil.

Back to top