FrançaisEnglish
My account
>
Any question ? 06 79 96 55 97
0
Multicriteria Search
Age
Système
Search
» »
» CHANFREIN DE CHEVAL DE STYLE MAXIMILIEN.

CHANFREIN DE CHEVAL DE STYLE MAXIMILIEN.

Reference - 6950121D

Superbe travail fin XIXe sur le modèle des protections de cheval utilisées au début du XVIe siècle.

Dispatched within 2 days
4,000.00 €

Add to cart

Ask an estimate

description

Protection de tête pour armure de cheval faite au XIXe siècle en tôle de d’acier pour la décoration.

Dans une patine grise avec petites taches de surface et petite oxydation par endroit. 

Il est dans le style le style Maximilien des années 1500 avec décor de cannelures.

Le chanfrein reprend la forme du devant de la tête du cheval avec échancrures pour les yeux à la bordure soulignée d’un bourrelet à décor cordé que l’on retrouve sur la bordure de l’extrémité avant. 

Avec deux protections pour les oreilles avec bordures en suite et décor cannelé. 

Le haut de la tête est orné de trois séries de cannelures, le milieu de la tête est orné de deux séries de cannelures se rejoignant en pointe.

Le chanfrein comporte une pointe de 8,5 cm à pans au niveau du front de l’animal, avec corolle de feuilles à la base, sur soubassement en rosace à nervures avec trous en forme de feuille de trèfle percé à jour sur chaque quartier. 

Un porte-plumet est fixé au-dessus de la rosace. 

Rivets en laiton sur tout le contour du chanfrein. 

Un rabat sur charnière orné en suite sert à protéger le sommet de la tête de l’animal.

Matricule 128 dans le haut. 

Superbe travail fin XIXe sur le modèle des protections de cheval utilisées au début du XVIe siècle.

 

Référence : 6950121D

Longueur : 630 mm

Matricule : 128

Le chanfrein fait partie de la barde, appellation de l'ensemble des différentes pièces d’armure destinées à protéger un cheval sur un champ de bataille. D'origine allemande, l´armure maximilienne à plis et cannelures, doit son nom à l´empereur Maximilien (1459-1519) qui encouragea fortement l´industrie des armuriers allemands face à la concurrence italienne. Ses décors cannelés voulaient imiter le costume civil en reproduisant dans le fer les plis du tissu.

Back to top